15 septembre 2007

ce matin, un petit rien doux se lever tôt et prendre le temps du petit-déjeuner la radio, le thé, les fruits, la fenêtre ouverte sur la cour, les chats qui s'inventent des jeux sur les tommettes de la cuisine puis il faudra aller au travail, à pied un soupir un peu moins profond
Posté par Lolabrok à 08:49 - Commentaires [3] - Permalien [#]

14 septembre 2007

Cet homme m'attendrit - déjà avoir pressenti que cet homme j'allais l'aimer, il est une coquille de mer qui ouvre ses coques un peu et laisse entrevoir l'intérieur il m'a prise par le corps,voilà qu'il me prend par les sentiments ça reste énorme, j'aimerais me sentir mieux - et prendre cet énorme en pleine gueule je le regarde parler, je regarde son visage, et je me dis qu'il ne doit pas aller mieux que moi en ce moment, je me dis tu le regardes là, il te semble plus hésitant, moins fier peut-être, il te semble plus proche... [Lire la suite]
Posté par Lolabrok à 23:53 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
14 septembre 2007

je ne vais pas bien - mais je ne sais pas pourquoi j'ai la mine défaite, et je fais l'effort de tenir j'ai un mal de tête énorme une fatigue qui parfois me paraît insurmontable tenir la conversation même avec les plus proches me paraît une montagne, avec quelques instants plus légers le week-end me paraît loin j'ai besoin d'un repos long je n'arrive pas à mettre le mot sur ce qui me bouleverse radicalement quel phénomène violent ! quelle réaction à quoi ? je me sens épuisée
Posté par Lolabrok à 23:20 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
14 septembre 2007

so what

Mardi la fatigue pesait sur mes épaules, dans les jambes, et le dos, j'ai passé mes journées à tordre mon dos, pour écarteler les côtes, assouplir la colonne vertébrale. Je pleurais pour tout, et beaucoup d'histoires anciennes. Mercredi j'ai commencé à suer sur le front et dessous les bras, par bouffées de chaleur irrégulières, mon visage prenait des airs exsangues, puis reprenait ses couleurs aussi rapidement, rien ne me convenait, ni le froid de la climatisation, ni ma chaleur confinée des bureaux de travail. Assise, debout,... [Lire la suite]
Posté par Lolabrok à 17:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 septembre 2007

et pourtant -

Quand je pense aux livres qu'Igor a gardés lors de notre séparation, je pense que c'est un hasard, loin d'une volonté, qu'il avait éloigné de moi ces livres qui marquaient un certain passé ancien, d'une partie de mon adolescence. Certes il y avait "Sarinagara" de Philippe Forest, mais il y avait aussi le très révélateur "Les anges de l'univers" de Gudmundsson. Ce fut une page qui se tournait, mais aussi qui se collait à la précédente et qui ne pouvait plus se détachait. J'ai cherché un peu à les reprendre, j'en... [Lire la suite]
Posté par Lolabrok à 21:03 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
12 septembre 2007

clin d'oeil

"Chez moi le sentiment a toujours été intelligent. Si le sentiment est cécité, je n'ai jamais éprouvé de sentiment". Marina Tsvetaïeva (- le portrait qu'a proposé Pietro Citati de cette femme dont la destinée me bouleverse depuis cet été, a été gâché soudain tandis que j'en lisais le dernier paragraphe dans "Portraits de femmes" - dramatisant le suicide de cette femme, il a tout simplement omis de parler de la dernière lettre de Marina, qu'elle n'adressait pas à son fils, mais aux voisins qu'elle chargeait... [Lire la suite]
Posté par Lolabrok à 08:18 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

12 septembre 2007

résiliation de soi - contrat comme un autre.
Posté par Lolabrok à 02:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
11 septembre 2007

poursuite de la réflexion sur le désir

Le désir a pour contraintes inhérentes la plénitude et le manque - l'amour peut être définie ainsi comme un seuil de la tolérance, le champ de contrainte - là sont visibles les déformations (au sens neutre). Nous sommes des corps en expérience.
Posté par Lolabrok à 16:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
11 septembre 2007

"Some Disordered Interior..." notes sur le moi disjoint

Entre ce qui est "un mécanisme de moi " (le corps et ses traumatismes qui cherchent à reproduire et à combler les manques, le mécanisme qui fait tourner mon corps comme le monde tourne, et avancer - le vivant et le morbide ) et ce qui est "conscience de moi" (élan actuel, réflexion, lucidité, humanité - le survivant et l'alerte), il y a (dans la perspective de mon histoire personnelle) un écart de besoin - le premier nécessitant d'être aimé (un besoin d'immobilité), le deuxième nécessitant d'être désiré (un besoin... [Lire la suite]
Posté par Lolabrok à 13:37 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
10 septembre 2007

Posté par Lolabrok à 13:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]