31 août 2007

en attente des mots

  Ecrire parfois m'épuise, et je reste pendant des jours vide – l'accepter accepter d'inexister le plus longtemps, ou substituer trouver le subutex de l'écriture...
Posté par Lolabrok à 14:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

30 août 2007

L'inclinaison du corps - il y a du jour qui tombe un peu sur le front je pense à la vieille dame qui tente de rester digne, un peu de rouge à lèvre maladroitement, elle surjoue son sourire je pense à l'homme qui sombre dans la folie, et qui lutte avec ce qu'il lui reste de lucidité agonisante, il serre la mâchoire folle quand il parle je pense à l'humiliée, qui tire un peu sur sa robe et relève le buste, elle retient ses larmes je pense au malade qui tente de marcher droit, de ne pas exposer sa douleur qui lancine, tous... [Lire la suite]
Posté par Lolabrok à 21:08 - Commentaires [1] - Permalien [#]
29 août 2007

notule dans le genre naïf

c'est drôle, c'est comme si depuis que j'étais amoureuse, je m'efforçais de montrer - a contrario de la constatation par certains philosophes grecs anciens - que la passion amoureuse ne rend pas nécessairement aveugle, mais bien lucide - incroyablement lucide. C'est comme si j'avais à me laisser aller à l'aveuglement (au lieu d'avoir été aveugle soudain), et que tout mon être, de cet être construit sur des traumatismes affectifs, s'y refusait. Il y a pourtant une richesse intérieure à ouvrir les yeux sur - cet connexion... [Lire la suite]
Posté par Lolabrok à 15:19 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
28 août 2007

son parfait droit anal

sentez comme je vous désire au moment même où je vous écris, ses mots glissent sur une corde singulière, qui vibre du haut gauche du coeur jusqu'au clitoris dans son sens le plus enfoui, comme la corde d'un violon, ses mots ont une puissance sonore, discordante et jouissive qui pourrait me valser les mains entre les cuisses juste pour la résurrection du souvenir d'abord je n'ai pas senti qu'il y en avait trois, ni deux, j'ai senti que j'avais le con distendu vers l'extérieur, en écart toujours plus grand, puis j'ai senti les... [Lire la suite]
Posté par Lolabrok à 22:13 - Commentaires [7] - Permalien [#]
28 août 2007

notes du midi d'un jour de reprise

La grande différence entre la mère et l'amant - c'est qu'on peut exiger de la mère l'amour, devrais-je écrire l'Amour, une mère se laisse aimer jusque dans l'abîme, la frange noire de l'unique sentiment déraisonnable (j'ai adoré le maternel, la figure maternelle (et l'abîme je m'y suis jetée, et j'en suis revenue comme on revient du séjour des morts), j'aurais été écrivain, elle aurait fondé mon mythe d'écriture - et d'avoir eu deux mères, l'une naturelle, l'autre d'adoption me donnent la conscience aiguë que la mère, l'être humain,... [Lire la suite]
Posté par Lolabrok à 13:13 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
28 août 2007

lorsque je retrouve mon silence

Il est revenu - ce soir je n'ai pas les mots - chaque rencontre porte son intensité, celle-ci a dépassé les précédentes, il faudrait raconter et je raconterai, à ma manière (car -). Ce soir me reste l'impression d'un éclaté, perspective complexe entre contentement et mélancolie, entre apaisement et intranquillité. La douceur d'une vie qui continue, l'écart du voyageur et de la sédentaire, après tout ce serait presque une métaphore de notre vie commune. Après l'euphorie - je reprends mon souffle, j'accepte mes doutes,... [Lire la suite]
Posté par Lolabrok à 00:24 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

27 août 2007

Lettre XIII la dernière de l'été

Mon cher vous, mon homme, mon voyageur, vous qui serez de retour, je ne compte plus les jours puisqu'il n'en reste que des heures, des secondes au décompte. Où est donc passée ma libido, je ne le sais pas, si sage je suis devenue, et timide, et silencieuse. Demain vous serez là - Je l'entends votre voix, quand au téléphone, elle me dira : "bonjour vous", votre voix singulière. Mon coeur est le moteur de l'avion qui revient. Il s'emballe, il faudrait accélérer le parcours, oui je veux déjà courir le long du... [Lire la suite]
Posté par Lolabrok à 00:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
26 août 2007

irréversible

Le mot a tardé, puis il m'est venu, je l'ai reconnu lorsque je l'ai lu tout à l'heure - il y a le mot "irréversible". L'idée me fascine. Dans ma famille d'adoption, il y eut une précipitation dans ce type-là - l'irréversible. A partir d'un moment, le mot "insinueusement" aussi, oui insinueusement nous glissions dans la dégradation, et rien, aujourd'hui je vois comment, nous glissions du bon sens à la folie, nous n'étions plus qu'une machine (et la famille est une machine), qu'une machine qui tournait dans... [Lire la suite]
Posté par Lolabrok à 13:57 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
25 août 2007

Carte muette

Posté par Lolabrok à 13:27 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
24 août 2007

Lettre XII

La sexualité dans son action est une brèche au temps, je n'en connais aucune autre d'aussi béante, et parfaitement indolore pour le temps qui vient. Je n'ai jamais voulu être plus amnésique de mon passé qu'en ce moment. Je voudrais juste me souvenir avec splendeur que je suis sans doute une injure pour ces années passées, lui faire un doigt d'honneur et le sucer profond. Vous m'avez écrit que mademoiselle vous aura, et qu'elle ne vous aura pas à moitié. Cela me va. Il n'y a rien qu'une brèche dans le temps sur la totalité qui... [Lire la suite]
Posté par Lolabrok à 18:56 - Commentaires [3] - Permalien [#]